Les Vigilants de 1789

Défense et promotion des Droits de l'Homme et du Citoyen selon la Déclaration de 1789. La DDHC.


    L'intemporalité de la DDHC de 1789

    Partagez
    avatar
    Setanta
    Modérateur

    Messages : 65
    Date d'inscription : 05/05/2009
    Localisation : France

    L'intemporalité de la DDHC de 1789

    Message  Setanta le Sam 21 Aoû - 12:55

    Il est assez fâcheux d'entendre ici et là que la DDHC de 1793 serait plus égalitaire que celle de 1789. Voilà, me semble t'il, une absurdité à laquelle il serait bon de mettre fin.

    Outre que la déclaration de 1793 n'a jamais été mit en application, même après plusieurs tentatives, cela la réduit donc à n'avoir aucune valeur au sein de notre démocratie. Pour ceux qui ont fait l'effort d'étudier avec attention la déclaration des droits de l'homme de 1789, la DDHC de 1793 prend des allures d'une pâle copie manquant de précisions tout en compliquant la compréhension du lecteur. Pour faire court tout en restant sur le sujet de "l'égalité", il suffit de comparer la puissance du texte de 1789 à celui de 1793.

    Article 2 de la DDHC de 1789 :


    Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.


    Ici, la déclaration parle bien de droits NATURELS. Le mot "naturel" exprime ce qui fait partie intégrante de l'homme et qui ne peut lui être enlevé. Tout comme la pensée qui est un droit naturel et qui ne peut être enlevé ou empêché. Cela implique que ce droit s'exprime en tout temps et en tout lieu sans qu'il soit utile de donner davantage de précisions. Quant au mot "IMPRESCRIPTIBLE" ce droit s'étale dans l'infini du temps et lui confère son intemporalité.

    Que dit la DDHC de 1793 ? Elle reprend différemment les mêmes termes et, comme un peintre recopiant l'œuvre du Maître, y laisse quelques malfaçons très reconnaissables pour un oeil avertit. L'article 3 me semble être cette tâche indélébile qui apporte entre autre une précision (...et devant la loi) et qui alourdit inutilement l'ensemble de l'œuvre :

    Article 3 de la DDHC de 1793 :


    Tous les hommes sont égaux par nature et devant la loi.

    Il est facilement démontrable que tous les hommes ne sont pas égaux par nature, puisqu'il y a des riches, des pauvres, des sourds, des aveugles, des manchots et même des débiles profond. Pour que cet article puisse être efficace, il aurait dut recopier l'expression de la DDHC de 1789 et qui est que "tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits". Ces DROITS que sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l'oppression.

    Avec l'article 3 de la DDHC de 1793, rien n'empêche de réclamer le même château que son voisin ou le même salaire que le président de la république. Voilà me semble t'il une différence qui fait tâche et qui laisse prévoir d'autre hiatus dans le même style, ou pire encore, comme par exemple l'article 11 qui est une porte ouverte à la violence devenant légale. Et il y a d'autres exemples.

    Mais la DDHC de 1793 est aussi utile, on peut s'en servir comme le jeu des 7 erreurs. Very Happy

      La date/heure actuelle est Mar 23 Mai - 1:11